LOCAL-GLOBAL:


THERE ARE A FEW GLOBAL FINANCIAL INTERESTS
THAT LEADS OUR ECONOMIES AND WAYS OF LIFE

WE NEED NOW A WORLD FEDERATION OF LOCAL NETWORKS
TO STRUGGLE FOR JUSTICE, DIVERSITY, SUSTAINABILITY AND PEACE



WE DONT NEED MONEY
WE NEED FOOD, KNOWLEDGE
AND VARIOUS WAYS OF LIFE


(pour les Françaises et les Français --vue l'ambiance délétère qu'il y avait dans ce pays en 2013--, nous avons ouvert un espace communautaire supplémentaire francophone destiné à secouer les consciences dans un antiracisme décomplexé portant des projets d'avenir. Allez lire : France-Monde sur facebook et soutenez). Plus bas sur ce site, vous avez aussi des textes en français réalisés à différentes époques 

______________________


BRAZIL




Nelson Vasconcelos did it (Rio, Brasil)


________________________________________


TURKEY




Thanks to Daniel Colagrossi in Istanbul

Please send these images all over our Planet !

Everyone is now moving basically : SUBITO !


_________________________________________________________


contact us : here@see-socioecolo.com

we want to make some links between all groups for justice, freedom and ecology

Join the COOPLIBERTERRA !

XIXth CENTURY WAS THE TIME FOR UTOPIAS

XXth CENTURY : HUMAN AUTODESTRUCTION

XXIst CENTURY SHOULD BECOME THE AGE OF

PLANET RECONSTRUCTION
IN A LOCAL-GLOBAL WAY !











WHERE I AM
IS THE CENTER OF THE WORLD,

AS WELL AS WHERE YOU ARE :

JOIN, SPEAK, TRY !

BE PLUROFUTURO !



and look at new texts and pictures right down to the bottom

this website is made from elements coming from everywhere. It is written in rough English and French, but you may write in other languages. Please use logos, pictures and texts free

MAKE LINKS !


[SEE is an international network founded in Brasil and Canada during the year 2010. It aims to make propositions in order to change our local and global life for justice, sustainability, diversity (biodiversity and culturodiversity), with evolution and movement. Through the Coopliberterra, you may also send your websites adresses, speak about your activities, help others or help to discover other groups : here@see-socioecolo.com]


[SEE est un réseau de réflexion international créé au Brésil et au Canada en 2010. Il vise à faire des propositions pour changer notre rapport local-global : vie quotidienne et organisation planétaire pour la justice, la durabilité et la diversité (biodiversité et culturodiversité), dans le mouvement et l'évolution. A travers la Coopliberterra, vous pouvez aussi envoyer vos adresses de sites Internet, parler de vos activités, aider d'autres ou aider à découvrir d'autres groupes : here@see-socioecolo.com]




This is a great day ! You can buy (on www.gervereau.com / "livres") the book (on paper) The Local-Global. Change yourself to change the Planet. It is in French now but we will get soon some translations (any help for that ?). You are Plurofuturo ? may also be bought on gervereau.com (published in French and in four languages : English, Arab, Portuguese --in Brazil-- and Chinese). 
All the best to you moving everywhere ! 
By the way, Laurent Gervereau is the President of the SEE-socioecolo International Network





FIN
DE
L'ERE
DU
PETROLE




We need a Human Moral Pact for Justice and our Common Environment.
Thanks to Pierre from Canada for this image in Tokyo (2013)


[nous détestons les utopies stériles ou concentrationnaires / nous rejetons les aquabonismes lâches et les perfections alibis pour l'inaction / nous sommes des imaginatifs pragmatiques, des adeptes du pessimisme dynamique décidés à agir autour de nous et à le faire savoir en réseau / car nous constatons les blocages absolus des 

systèmes pyramidaux ayant construit des oligarchies immobilistes bloquées sur leurs intérêts à court terme / nous préconisons le pragmatisme immédiat, l'expérimentation locale de nouveaux modèles, 

la structure d'action horizontale fédérée sur le Net / oublions les pouvoirs, les puissants qui n'existent que parce que nous leur accordons du crédit]



L'INCURIE DES ETATS DEPASSES ET INOPERANTS ?

ORGANISEZ-VOUS VOUS-MEMES

ET POUSSEZ-LES A S'ENTENDRE

POUR NOS SURVIE ET VIE COLLECTIVES !



North Nunavik, Knowledge is beautiful

Kanjirsujuaq, Local School, February 2013



ACT HERE

ACT NOW

FORGET ALL KIND OF POWER

THAT EXISTS JUST BECAUSE YOU BELIEVE IN IT

TRY AND LET US KNOW !


Maha did it in Cairo (Egypt):

I am the planet


MOVING SIGNS ALL OVER THE WORLD

WILL MOVE YOUR LIFES !


DO IT !

__________________________________________________________________________



SOME PARTNERS, ACTIVISTS

 FRIENDS AND RESEARCHERS

ALL OVER THE PLANET !

PLEASE SEND NEWS !


JOIN THE

COOPLIBERTERRA

contact : here@see-socioecolo.com






AUSTRIA

Institut für Soziale Oekologie


It belongs to the Klagenfurt/Vienna Universität


LINK :

www.uni-klu.ac.at/socec




 



BELGIUM

Luc Schuiten / Archiborescence

Artiste et architecte, Luc Schuiten apporte une contribution majeure et passionnante pour transformer les villes. Il contribue, par l'intégration du végétal dans l'espace construit, à abolir la séparation ville-campagne. Expose et s'active sur la planète.

LINK :

www.archiborescence.net





COLOMBIA

(Bogota)

Ong Unetejido (Desarrollo Socio-ecológico)


LINK :

www.unetejido.blogspot.com


UNETEJIDO



DEUTSCHLAND

Soziale Ökologie  (Frankfurt am Main)
ist eine Arbeitsgruppe für Personen, welche die Idee des Kommunalismus teilen, mit dem Ziel, eine Plattform für Diskussionen zu bieten und den Grundstein für eine politsche Organisation zu legen.

Kontakt:

soziale.okologie@gmail.com

Soziale Ökologie Frankfurt





EUROPE

(Website in English)

European Social Ecology Institute

community, ecology, environment
in balance through social ecology


LINK :

www.europeansocialecologyinstitute.org






FRANCE

FONDATION RENE DUMONT

Président : Marc Dufumier

La Fondation René Dumont est un lieu de éflexions etd'échanges sur l'écologie dans toutes ses implications planétaires.

16 rue Claude Bernard

75005 Paris

LINK :

www.fondationdumont.com






Mouvement Colibris

95 rue du Faubourg Saint-Antoine 75011 Paris

(avec Pierre Rabhi un peu gourou, mais mouvement sympathique et allant dans le bon sens d'actions de terrain concrètes)

LINK :

www.colibris-lemouvement.org





ECOLO INFO

Comme partout dans le monde, l'info c'est de l'action. Voilà un site de signalement. Cela n'empêche nullement de fouiner et d'aller sur les réseaux comme celui des AMAP : www.reseau-amap.org

LINK :

www.ecoloinfo.com






Globalmagazine

(slow information)

Une coopérative d'informations indépendante. Bon relai des transformations en cours. A noter : la Coopcultu en développement, liant culture, écologie et économie de la gratuité.

LINK :

www.globalmagazine.info

Accueil




GREAT BRITAIN

SURVIVAL for tribal peoples

A very important aspect of Cultural Ecology today


LINK :

www.survivalinternational.org





GREAT BRITAIN

Blue Green UK
Promoting the use of Best Technical Knowledge to support Blue-Greening in our cities


They want to change practically and artistically our ways of lifes in cities (with Graham Stevens) dealing with the main question of water


LINK :

www.bluegreenuk.com



Philadelphia's Vision of the future becoming reality




GREECE

TRISE (Transnational Institute of Social Ecology)

TRISE is an association of intellectual/activists.
The ecological crisis is first and foremost a crisis of our type of society. Irrational urbanization as well as socio-economic contradictions heads the list of problems. Our challenge is to recognize that cities must become ecological cities, and in order to move toward this goal, cities must become participatory democracies.

LINK :

www.trise.org







LATINO AMERICANA

(Montevideo, Uruguay)

CLAES

CLAES es una organización no gubernamental independiente, dedicada a la investigación, acción y promoción de la ecología social. Reconociendo una vinculación recíproca entre grupos humanos con su entorno ambiental, en un contexto histórico, se consideran problemas socioambientales, vinculándose la investigación con la acción, desde un compromiso ético con la defensa de la vida. CLAES fue fundado en 1989, su sede se encuentra en Montevideo (Uruguay).

LINK :

http://www.ambiental.net/claes/





LATINO AMERICANA

(Montevideo, Uruguay)

La Red Latino Americana y Caribeña de Ecología Social (RedLACES) es una iniciativa de CLAES (Centro Latino Americano de Ecología Social). Iniciada en 1989, la red agrupó a instituciones y personas interesadas en la ecología social y humana. (Website in Spanish).


LINK :

www.ecologiasocial.com







PHILIPPINES

Socio-Ecological Strategies


They are linked to The University Batangas 


Facebook : Socio-Ecological Strategies







SWITZERLAND

Portail francophone de l'écologie sociale

L'écologie sociale est un mouvement d'écologie radicale théorisé par Murray Bookchin dès les années 60. L'écologie sociale cherche à redéfinir le lien entre l'être humain et la nature par la mise en place d'une société écologique et décentralisée sous la forme politique d'une confédération démocratique.


LINK :

www.ecologiesociale.ch


Ecologie Sociale.ch

Portail francophone de l'écologie sociale




USA

Brian Tokar
Institute for Social Ecology
P.O. Box 93
Plainfield, VT 05667

LINK :
www.social-ecology.org      


Institute for Social Ecology




USA

B Corporation

B Corps are certified by the nonprofit B Lab to meet rigorous standards of social and environmental performance, accountability, and transparency

8 Walnut Ave, Berwyn, PA 19312

LINK :

www.bcorporation.net






VENEZUELA

Misión Ciudad Limpia Movimiento Socioecológico

They say that they want to promote socioecological actions


LINK :

www.misionciudadlimpia.blogspot.com








---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BUILD SOCIO-ECOLOGIST MOVEMENTS (SEM)

OR

LIBERTERRA NETWORKS


all over the World !

register free at : here@see-socioecolo.com


Nous entendons parler de plus en plus de "social-écologie". Tant mieux, car cela fait des années que nous affirmons les enjeux de justice et de durabilité comme centraux. Il est indispensable de lier ces courants de pensée et de bâtir de grands mouvements sociaux-écologistes dans le monde (Socio-Ecologist Movements - SEM). D'autres les appellent Liberterra Networks, des libertaires écolos : c'est bien que les étiquettes valsent... Nous voulons aider à lier, inscrivez-vous dans la COOPLIBERTERRA (here@see-socioecolo.com).

Quand, philosophiquement, ces organisations auront intégré la dimension évolutionniste (le choix du mouvement avec le refus de l'illusion d'une société parfaite) et le principe de relativité (la défense de la diversité et le rejet d'une société normée), nous aurons pas si mal avancé dans une confrontation des idées toujours à mener. Cela permettra de disposer d'une vraie pensée du futur, de valeur communes, au lieu de laisser le terrain aux néoréactionnaires et à la copie peureuse d'un passé mythifié (c'est-à-dire tel qu'il n'a jamais existé, en en oubliant toutes les horreurs et les tares).



Yoshiro Kimura did it in Tokyo. Send the image free ! Move !



METTEZ LA PRESSION

A TOUS LES GOUVERNEMENTS !


STOP A LA VIOLENCE ET AUX LIBERTICIDES !

STOP A LA SOCIETE DU CHLOROFORME, DE LA NORME,

DE L'HOSPITALISATION ET DE LA SURVEILLANCE GENERALISEES !


DEVELOPPEZ LES ECONOMIES DE LA GRATUITE !






Aus Berlin ! Emeric Adrian did it ! Free copyright ! Send the image !


AGAINST HOMO ECONOMICUS

AND HOMO PYRAMIDALIBUS,

WE BUILD HOMO RELATIVUS !



L'humain relatif est celui qui agit dans le local-global (directement autour de lui et par le Net), qui conçoit la relativité des points de vue et des civilisations, qui combine ses identités imbriquées et évolutives, qui connait nos histoires stratifiées et nos choix rétro-futuro. Il s'oppose à l'humain pyramidal (homo pyramidalibus) des sociétés autoritaires, religieuses ou profanes, mises en place depuis les Néolithiques (idéologies monorétro). Il s'oppose aussi à l'humain économique (homo economicus), ce consommateur standardisé passif, ce clone médicalisé des sociétés dépressives de l'insatisfaction et de l'addiction dans la mondialisation des produits.





Nelson Vasconcelos did it in Morro Dona Marta, a "favela" in Botafogo

(Rio, Brasil)


______________________________________






MOVING SIGNS


New images have been created to be sent everywhere: have a look (www.gervereau.com / click on the moving sign) and make your choice. Free copyrights. You may also print them free for badges, stickers, magnets, t-shirts, flags, murals, exhibitions, posters...

Generally one is better than many, but many (35) give you a real choice:

make your choice and change !

We are millions all over the world who just want to change our lives here in order to change the way governments deal with our common Planet !

Act !


---------------------------------------------

2012 October 3

HONG KONG

picture of a moving sign in Bank Street

"economy is a belief"






thanks to Annie Wang

these pictures are free copyright, send it worldwide !

And make also the choice of YOUR image on:

www.gervereau.com (click on the moving sign)

After that you may send photos or videos of this sign in the place you choosed


BACK TO LOCAL

TO BUILD GLOBAL



---------------------------------


ALONE, FEEL LIKE A FREAK,

YOU DON'T UNDERSTAND THE WAY

THINGS GO ON ?

YOU WANT JUSTICE, SUSTAINABILITY, DIVERSITY

AND EVOLUTION ?


JOIN US.  CHANGE YOURSELF TO CHANGE THE WORLD !

ACT !


give name, city and country, email to :

here@socioecolo.com


[Laurent Gervereau is the President of

the SEE-socioecolo International Network.

SEE-socioecolo is free. No duty. No party, no religion, just a place to think and move together: this is a place for debates and actions. We know that we are millions]


-----------

BRASIL - NUNAVIK - CANADA - SPAIN - FRANCE - EGYPT...




un petit clin d'oeil amical à Aminata Traoré à Bamako

-------------


QUEBEC

JUSTICE ET DURABILITE :


JUST DU !


(merci Pierre)


-------------------------------------


IF YOU FORGET JUSTICE,

YOU INSULT HUMAN COMMUNITY


IF YOU FORGET ECOLOGY,

YOU ARE A POLITICAL COWARD




WE NEED

FREE SCIENCES,


FREE FROM POLITICS,


FREE FROM BUSINESS


AND DIVERSITY OF RESEARCHES


--------------------------------



a marvelous friend : Jessica in the North of Nunavik


-----------------------------------------------


PLANETE RELATIVE :


NOUS VOULONS

Y PESER

POUR LA JUSTICE,

LA PROXIMITE,

LA DIVERSITE,

LA DURABILITE


AUX CRISES,

AUX PANIQUES,

NOUS REPONDONS

PAR LE LOCAL-GLOBAL :

AGIR ICI

ET LE FAIRE SAVOIR


NOUS SOMMES

DES

EXPERIMENTATRICES/TEURS,

DES

PARTISANS DU MOUVEMENT, 

DE L'EVOLUTION PERPETUELLE 



NOUS SOMMES

LES INVISIBLES,

NOUS SOMMES

DES MILLIONS



INVENTONS

D'AUTRES MANIERES

DE VIVRE ET GOUVERNER

MAINTENANT

(VOIR PLUS BAS)



apparition le soir près de la gare

de Haridwar en Inde...


            ISLAND :

       Matthias Abhervé

showing that experiments

against bank crisis

 in Boreal Area

have a meaning

 everywhere !


THANKS TO 

OUR FRIEND ERRO !

  

 ----------------------------


       TOWARDS

        LOCALGLOBALISATION !



      WE WANT

        JUSTICE AND SUSTAINABILITY !





Ecology is the generalist way to think about the relationships between mankind and his environment. Therefore, it deals with science, economy, culture, social experiments, creation, individual desires… Justice belongs to individual and social choices in a relative world.

 

If ecology becomes a summary of technical choices or, on the other side, a new religion, it fails regarding its main purposes. Life is movement and ecology should always be experimental and moving, never perfection and end of history.

 

Ecology means global solutions for local choices between past and future: localglobal and retrofuturo. A relative world is a connected environment for different ways to behave, common values with individual changing manners to look at it. First, we have to act around us, managing with what we see directly. And then show it.

 

Be SEE !




NOW, IT'S TIME

FOR THE APPEARANCES

OF THE INVISIBLES !


NOW, IT'S TIME

TO IGNORE THE TRANSPARENTS,

THOSE WHO ARE IN THE LIGHT

AND MEAN NOTHING BUT SLAVERY,

POLLUTIONS, MONEY OR POWER !


LOOK BESIDE !


NOW, IT'S TIME TO CHOOSE

YOUR LIGHTHOUSES

AND TO CHOOSE YOUR

MULTIROADS !




WE ARE MILLIONS !


 

Mister Local-Global

(MLG, Monsieur Laurent Gervereau)


Malgré tout, les légendes doivent continuer. Il faut décider de rêver sa vie pour arracher des moments inespérés aux épreuves, aux délitements, à l’ennui ou à l’impression de fatalité. Passer par-delà l’injustice sociale, la perte des repères, la déqualification, la confusion généralisée, pour défendre les savoirs, l’exigence et s’inspirer d’un choix de valeurs transcontinentales contre les tentations destructrices. Après l’ère des nomades et l’ère des empires, voici l’ère de la relativité : désormais, il n’est aucune frontière entre le rien et le tout. Alors, agissons en promeneurs généreux.



___


5 everydays aims to move everybody’s life :


- 1. Education : give to everyone global and local knowledge about environment and choice of values (an “educational compass”)

- 2. Economy : build everywhere co-operative movements and mutualism through micro- and macro-markets

- 3. Politics : direct democracy with local and global federalism

- 4. Environment : a Terra Government with a Moral Evolutive Pact and a Scientific Council helped by direct referendums local and global to make choices combining past and future

- 5. Freedom : we need pluri-informations, various creations and points of vue coming from everywhere. This is a permanent struggle for diversity. Nobody is normal, nothing is perfect. Movement is our reality.




Nous sommes issus de la longue tradition libertaire rencontrant la pensée écologiste dans une conscience du mouvement et de la relativité, qui ouvre à toutes les civilisations et à tous les choix. Nous sommes partout et nous nous multiplions.

Nos ennemis sont les partisans d'un ordre figé, d'un seul mode de pensée, de l'esprit de rentabilité financière autour d'une société de clones consommateurs surveillés

et manipulés.


Be SEE !




Mixplanet by Chinese Artist (and Friend) Ye Xin


---------------------------------------------------------------------

A FREE TRAVELLING EXHIBITION ABOUT THE GENERAL HISTORY OF ECOLOGY


This exhibition is in French but it may be translated in various languages. This is based on precious pictures from the collections of Musée du Vivant, first international museum about ecology and sustainable development. The exhibitions shows the relations between humans and their environment from Prehistory to nowadays. Then, it shows that ecology is related to philosophy, religions, science, everyday life, politics, Art, economy... Very useful for everybody from various ages everywhere.




LINK :

http://docpatrimoine.agroparistech.fr/spip.php?page=article&id_rubrique=144&id_article=506 

(www.agroparistech.fr / Musée du Vivant / Histoire générale de l'écologie en images)

-----------------------------------------------------------------------


From Brasil to everybody :


SEE ! We want to be a friendly Network. We struggle for pluralism and began in Brasil and Canada.

We already published a little book in France with a text from Laurent Gervereau about Cultural Ecology (have a look to : www.gervereau.com / "idées...")

Move ! Give these informations to your friends ! Send us your reactions, texts, images !

We do want to build here and everywhere a World of Justice and Sustainability. This is a struggle for everyday. We are evolutionists : no perfect society.

You may speak in English, French or another language. Everything will be published in the original language.


(contact : Heloisa)


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


INTERNET SHOULD STAY A FREE SPACE

WE DO NOT ACCEPT IT TO BECOME A COMMERCIAL SPACE

WE ARE AFRAID TO ALL CONTROLS OF INDIVIDUAL BEHAVINGS

WE REFUSE THE CONQUEST OF OUR MINDS BY ONE POLITICAL OR RELIGIOUS PROPAGANDA

WE NEED PLURALISM AND DIVERSITY

SOMETIMES, WE THINK THAT ANONYMOUS ACTIONS ARE USEFUL

KEEP INTERNET FREE !





-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Good news from Canada :


Pierre will help us ! Ready to join him ?


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

EGYPT


Maha joins us in Cairo !


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SPAIN


Marta is ready to help in her tree (Barcelona) !


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Paris

11/11/2012



Frenchies: go further on ! Wake up !











-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


IMPORTANT !



IMPORTANT ET NOUVEAU : LE PROGRAMME !

NE LAISSONS PAS LE CHAMP DES IDEES AUX NEOREACTIONNAIRES !


un texte à lire, conserver, distribuer (ci-dessous)



(ciel de case Wayana, forêt amazonienne)



Stop !


Regardez les vraies urgences





Chômage ?


Il est temps d’instaurer une pensée de l’utilité sociale qui change le rapport au travail (un travail-enfer ou un chômage-enfer contre des loisirs-paradis). Ainsi les frontières mentales seront abolies entre travail salarié et travail non salarié. Ainsi pourront être qualifiées et labellisées des entreprises éthiques (fonctionnement interne, nature des produits et services, utilité sociale et environnementale). A cet égard, les systèmes coopératifs ou mutualistes (pour les banques) prendront une actualité nouvelle. Enfin, il est indispensable d’évaluer des administrations efficaces et utiles, évoluant dans leurs services, qui font parfois ouvertement de l’insertion sociale. 


Pouvoir d’achat ?


Il faut remettre l’économie au service du politique. Pour cela, retour à l’hyper-local : d’abord s’occuper de notre vivre-en-commun et en déduire localement ce que cela signifie. Veux-t-on vivre à Limoges comme à Carpentras ? Il est temps de penser des micro-économies et des micro-marchés dans des croissances diversifiées. Pas un productivisme uniformisé planétaire destructeur de l’environnement, ni une sorte de big bang de la décroissance, mais du « tri sélectif » adapté à chaque situation, à Wellington, Shangaï, Ouagadougou, Houay Gnoum ou Saint-Agrève.


Insécurité ?


C’est par l’action de consommateurs-acteurs que s’organise la vie de nos villages (en Ethiopie ou dans le Cotentin) et de nos micro-quartiers dans les villes et mégalopoles (Sao Paulo ou Marseille). La question n’est pas seulement la responsabilité, la mobilisation des familles, la sanction partout égale, mais aussi des choix directs de priorité à la proximité, d’éducation, de solidarités, d’agricultures vivrières contre des monocultures intensives, de fiertés collectives par des actions communes… La morale (ou le moral) du quartier est la morale (ou le moral) de chacune et chacun, son imagination, sa mobilisation dans la valorisation de son lieu de vie.


Education ?


Il est temps d’analyser quelle est la boussole éducative nécessaire à notre environnement (lire, écrire, compter, mais aussi se situer géographiquement et historiquement, philosophiquement, visuellement ou musicalement…). La priorité est à l’acquisition de ces bases pour toutes et tous. Ensuite, il importe d’assurer des apprentissages tout au long de la vie, car une politique de castes par diplôme (qui ne signifie rien en capacité à animer des équipes et innover) reste inadmissible, tout en constituant un extraordinaire gâchis d’énergies. Le mouvement permet également –dans une optique d’utilité sociale renouvelée—d’opérer une conjugaison des générations, abolissant le couperet drastique et stupide de la retraite. Faisons tout cela dans une restitution du sens de l’effort, du travail, de l’excellence. Admirons à nouveau nos savants et nos pédagogues et pas seulement nos sportifs et nos bateleurs.


Santé ?


L’affaire est individuelle, comme une grande peur. Elle est collective aussi (accès aux soins pour toutes et tous). Le fatalisme dynamique reste la seule façon de comprendre la catastrophe naturelle et le drame personnel comme normaux, aussi normaux que leur absence. L’individu doit désormais se responsabiliser face à sa santé et celle de ses proches (comas, longues maladies…), ne pas être un consommateur de poudres magiques, de gourous ou d’opérations-éclair mais engagé dans une vraie réflexion sur l’intensité, la durée, le risque choisi et la possibilité de l’arrêt. Soyons adultes.


Justice ?


La justice est devenue une langue étrangère faite pour les avocats et les juges, bourrant des prisons indignes productrices de délinquance. La justice doit reparler une langue compréhensible par toutes et tous, dans les prétoires ou en dehors. Car la justice n’est pas juste affaire de procédures mais l’enjeu général d’un vivre en commun. Elle ne signifie pas l’égalité, notion impossible à mesurer dans notre univers de diversité. Elle suppose surtout des règles semblables. Disons-le, un peu partout dans le monde à quelques exceptions près (des micro-communautés souvent), l’organisation générale de la société est inacceptable moralement et économiquement. Aujourd’hui --il faut le souligner--, l’accumulation exponentielle de l’argent dans quelques mains est particulièrement dangereuse (crises) et improductive. Localement et mondialement, le système doit être transformé, par des règles de transparence et de redistribution, l’arrêt de spéculations artificielles, l’imposition lourde des héritages les plus considérables, le développement de l’impôt sur le revenu face aux impôts indirects, la nécessité de la redistribution quand l’argent n’a plus de sens, la compréhension de la monnaie comme juste un aspect de l’utilité sociale….


Peur du lendemain ?


Dans son quartier, dans son village, nous sommes toutes et tous dans la même barque. Les crises, les tsunamis, les nuages volcaniques ou nucléaires, les pollutions des mers, les médicaments dangereux ou la nourriture cancérigène sautent allègrement d’un continent à l’autre. Les infos aussi. Voilà pourquoi toutes les théories de la muraille, du bunker, de l’exclusion, sont mensongères et idiotes. Peur généralisée ? Maîtrise d’ici, où que l’on soit. Le rapport local-global nouveau est bien celui-là : sortir de la société du spectacle pour devenir des spectateurs-acteurs en réseau qui dialoguent. L’isolement n’a pas de sens, mais la crainte d’être broyé dans un monde sur lequel on a perdu toute maitrise non plus. Notre pouvoir local reste direct et considérable –plus important d’ailleurs aussi en le montrant et en le faisant savoir, comme lorsque les Inuit de Kanjirsujuuaq expliquent comment ils sont tous coactionnaires de leur supermarché. Alors, la logique veut que les armées disparaissent petit à petit au profit d’une police planétaire, agissant au nom de valeurs collectives évolutives minimales laissant le maximum de latitudes locales.


Environnement ?


Plus personne vraiment ne nie désormais l’impératif écologique. Le plus passionnant en la matière n’est pas le catastrophisme ni les donneurs de leçons d’une nouvelle religiosité, mais le fait que nous sommes obligés de repenser profondément nos comportements individuels et collectifs. Pas pour une petite élite. Les pollutions et la malbouffe touchent les plus pauvres partout. Ainsi, l’expérimentation écologique, la recherche de solutions nouvelles et diversifiées, conduisent à penser rétro-futuro : ce qu’on garde, ce qu’on récupère, ce qu’on abandonne, ce qu’on invente. Nul doute qu’une organisation planétaire minimale (un pacte évolutif) ne soit indispensable pour pouvoir orienter la barque commune. Nul doute qu’il ne faille préserver une indépendance scientifique contradictoire pour nous éclairer.


Traditions et culture ?


Les cultures sont en perdition ? Il faut se protéger et préserver la baguette comme la pâquerette ? Parti voici quelque 60 000 ans d’Afrique, homo sapiens n’a cessé d’évoluer dans ses expressions culturelles. Nous sommes donc toutes et tous des Africaines et des Africains en métamorphoses. Plutôt que de parler de culture, il faut caractériser des formes culturelles : le pluriel s’impose. Il s’impose parce que nous avons des identités imbriquées (brestois, passionné de Japon, juif, taoïste, rugbyman…) et des histoires stratifiées (locale, régionale, nationale, continentale, mondiale), en vivant l’ubiquité (ici et avec tout ce que nous regardons sur écran). Il s’impose parce que nous pouvons tenir au baroque praguois comme au catch, au rap comme à Hitchcock, à la cuisine comme aux romans sud-américains. Alors, aider aux productions culturelles diverses (qui font image de plus) est donc aussi important que de permettre, non seulement de préserver la diversité (ce qui serait conserver l’existant seulement) mais surtout de diversifier la diversité (c’est-à-dire innover, inventer).
En ce sens, par exemple et tant qu’il existe, le service public télévisé doit être totalement repensé dans des impératifs visibles où le savoir et la création redeviendront des modèles sociaux. Quand à la notion de patrimoine, elle est large et induit, pour chaque société et avec des remises en cause constantes, de choisir ce qui est conservé, ce qui est restauré, ce qui est laissé à l’usure du temps, ce qui est donné ou vendu, ce qui est détruit. Le tout-conservation aveugle ne peut être une politique durable pour des sociétés en évolution.


Bonheur ?


Voilà un mot dangereux. Que de crimes ont été commis en son nom. Que de sacrifices inhumains. Il est temps d’adopter une conception expérimentale et évolutive de l’existence, une conception relative. Alors que nous désespérons souvent de nos modes de vie ici en Europe, nous les exportons de façon violente dans le monde. Ce faisant, en quelques années, nous acculturons des pays entiers par nos subventions, notre pacotille, nos médicaments et nos ONG faisant le Bien ou nos images. Il n’est certes pas de forêt primaire et de civilisation sans évolution et il apparaît normal que chacune et chacun change, mais cela doit se faire dans une bourse mondiale des comportements. Un Yao en pleine forêt a autant raison qu’un Parisien de la Goutte d’Or. Pas de progrès, pas de regrets, un mouvement rétro-futuro, une dynamique évolutive.
Alors, dans ce monde multipolaire, ce monde de la relativité, ce qui devient la vraie césure réside entre les tenants du pluralisme (accepter la pluralité de conceptions du monde et évoluer : plurofuturos) et ceux de la voie unique (avoir une conception arrêtée et figée et vouloir l’imposer partout : monoretros). Désormais –religieux ou pas religieux--, le pluralisme est, pour certaines et certains, un combat sans cesse à renouveler. 


Rejoignez-nous, propagez ces idées.



www.see-socioecolo.com



inuksuk dans la tempête de neige sur les hauts plateaux du parc des Pingaluit



-------------------------------------------------------------



L'ABONDANCE N'EST PAS LE CHOIX


NOUS VIVONS LA CENSURE PAR LA NOYADE


DES MILLIARDS D'INFO POUR QUE CE SOIENT LES 10 MEMES QUI CIRCULENT PARTOUT


PROPAGEONS

LA RESISTANCE PAR LA DIVERSITE


NOUS SOMMES LES NOUVEAUX INFORESISTANTS !



___________________________________


SEE est un réseau de millions de RESISTANTS, souvent silencieux, aux conceptions variées et indépendantes. SEE ne sera jamais un parti, une religion, un dogme. SEE est expérimental !



 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



 



Dépositaire à Paris (France) de la brochure SEE / socioecoloevolutionists ! et de la bande dessinée (116 pages couleur) Mixplanet réalisée avec l'artiste chinois Xin Ye : Librairie Encre de Chine, 51 bis rue Lamarck 75018 Paris (près des vignes de Montmartre).


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Picture-message for all !




We friendly send a picture-message to another Pierre, walking in Pingaluit Park with Markusi. He is in Kanjiqsujuuaq. We send it also to Wellington (New Zealand) for Eric-the-Traveller.

Speak with them. We now have got combined identities. Change your local world to move our global problems.

I am plural and I move through continents. Change !





---------------------


Mali, sur la route de Mopti


Fermer les frontières ? Globaliser et uniformiser le monde ? Démondialiser ?


LOCALGLOBALISONS !


Nous assistons probablement à la fin du modèle de société pyramidale issu du Néolithique




Il existe un véritable problème d’échelle aujourd’hui dans les réflexions en cours. Nous n’agissons pas là où il faut. En effet, face au spectre d’une planète globalisée, uniformisée dans la consommation aveugle au service de quelques intérêts financiers, beaucoup se raidissent. Les plus réactionnaires réclament le rétablissement de barrières nationales (oubliant d’ailleurs que la France fut un pays impérial et reste présent sur plusieurs continents), faisant semblant de croire à la protection d’un territoire réduit aux acquêts. Les autres plaident pour une « démondialisation ».

Mais il faut être clair : si démondialiser signifie parcelliser le monde en autant d’autarcies jalouses, cela risque de nous faire retourner à des querelles incessantes dont nous avons pu ressentir les funestes effets dans l’histoire. Cette grande peur, à droite comme à gauche, vient d’un sentiment de dépossession : tout cela nous dépasse, nous sommes les jouets de luttes d’influences planétaires sur lesquelles nous n’avons aucune prise.

Alors, il est temps de sortir des vieux schémas. Nous ne sommes pas seulement en un lieu, au temps de l’ubiquité constante. Nous sommes ici et ailleurs. Voilà pourquoi il importe d’investir réellement les deux dimensions. S’occuper du local, c’est œuvrer sur ce sur quoi nous avons prise : notre environnement immédiat. Là, nous pouvons penser l’organisation de la vie locale et ses spécificités. Là, nous pouvons défendre les pratiques de qualité et les entreprises de proximité. Là, nous pouvons devenir des consommateurs-acteurs en plébiscitant les entreprises éthiques, les systèmes coopératifs ou mutualistes.

Mais le but est-il l’émiettement de petites communautés ? A l’heure d’une économie spéculative folle, de catastrophes naturelles, de migrations et de périls qui ignorent les frontières, nous comprenons qu’un repli local frileux n’a aucun sens et est dangereux. L’action locale n’est efficace qu’en dialogue international. Ce sont les échanges d’expériences, les fédéralismes, les prises de conscience de solidarités contraintes qui doivent mener une planète faite de diversifications individuelles de la diversité, dans un pacte commun minimal et évolutif. Localglobalisons. Pas de repli sur soi. Pas d’uniformisation globale non plus. Un dialogue généralisé.

La même question d’échelle touche la dimension temporelle. Les sociétés d’Europe et d’Amérique du nord ont inventé le concept de la « post-modernité », de la fin de l’histoire, et la mode du « rétro ». Telle une civilisation lasse qui, constatant ses échecs et ses espoirs perdus, prescrit la nostalgie comme remède à l’impuissance. Quel orgueil ! Dans le même temps, il faudrait que d’autres civilisations d’Afrique ou d’Asie figent leurs mœurs et leurs coutumes dans un folklorisme pittoresque : comme si l’on demandait aux Limougeauds de singer éternellement leurs modes de vie des années 1930. Tous les peuples évoluent. Tous les peuples ont une histoire. Et un devenir heureusement. La fin de l’histoire signifie soit l’autodestruction, soit le début d’un système concentrationnaire.

Rétrofuturo : voilà donc bien la dimension aujourd’hui de nos choix. Nous conservons des pratiques anciennes, avec des variantes individuelles. Nous revenons même dans certains cas à des pratiques anciennes volontairement. Et nous changeons, innovons, testons des expériences proposées par d’autres dans le monde. Un nouveau dialogue dynamique nous est proposé. Il correspond, de plus, à une conjugaison des générations et à des échanges mondiaux de modes de vie.

Mais tout cela est-il compris ? Tout cela est-il porté politiquement ? Il faudrait une nouvelle dynamique pragmatique de l’ensemble du monde politique. Le fromage au lait cru, la coopérative et les jeux vidéo motivent de façon large, avec le thé vert ou le boubou, suivant les variantes de nos identités imbriquées et de nos histoires stratifiées. Les citoyen(ne)s de l’ici et de partout se multiplient sans étiquette. Des générations patchwork apparaissent. Dans le même temps, d'autres recherchent la norme, la règle, au nom d'un passé devenu dogme, laïques ou religieux autoritaires et expansionnistes (les "monorétros"). La tolérance reçoit l'intolérance comme une grenade dégoupillée en pleine gueule.

Voilà pourquoi, les socialistes et les écologistes devraient lancer ouvertement un Bad Godesberg pour une planète juste et durable. Sortir des peurs pour agir. Accompagner les énergies nombreuses. Dans un double mouvement de rapprochement. Si les socialistes commencent à s’intéresser aux questions de justice, de morale, ils ont à comprendre que les pollutions ou la malbouffe ou l’acculturation galopante pour fabriquer des consommateurs serviles ou les entreprises non éthiques frappent d’abord les plus pauvres. Les écologistes, eux, ont mis en évidence des questions (climat, énergies non renouvelables, pollutions, nucléaire, alimentation…) qui caractérisent les grands enjeux globaux. Mais à eux de convaincre qu’ils ne s’intéressent pas juste à quelques-uns, qu’ils parlent pour partout et pour des masses entières dans le monde, sans frontières. A eux de démontrer qu’ils ne sont pas des utopistes, qu’ils sont les seuls réalistes aujourd’hui, faisant face à des nécessités immédiates d’ici, au plus proche.

Juste et durable, voilà donc le troisième terme, le troisième dialogue nécessaire. Au sein d’une Terre en décroissance ? Cette notion est incompréhensible pour le public. Elle paraît réactionnaire au sens propre. Elle est incompréhensible pour celles et ceux qui souffrent dans leur vie quotidienne. Ce sont bien des croissances diversifiées qui sont nécessaires, des modes de vie variés et évolutifs (suivant son lieu et ses souhaits). Avec des objectifs généraux : un big bang de la pensée sur nos modes de vie, le passage de la société du spectacle aux sociétés des spectateurs-acteurs, la reprise en mains de l’économie par une vision politique, au service de toute la société, des sociétés. Le marché –oui--, mais avec la régulation de labels, les exigences des consommateurs-acteurs.

Cessons donc de réfléchir suivant un angle fermé. Pas de repli national, mais pas de globalisation aveugle régie par les intérêts de quelques-uns. Pas d’idéalisation du passé ici ou chez les autres, mais pas d’idéologie du progrès faisant table rase d’hier. Pas de justice sans conception d’un monde durable en transformations, économiquement et culturellement. Un fatalisme dynamique, le temps de la relativité contre le relativisme.

A l’heure de l’ubiquité entre ici et partout sur la Toile, nos enjeux fondamentaux tiennent ainsi dans trois dialogues : le local-global, le passé et l’innovation (rétro-futuro), la justice et la durabilité. La tension dynamique entre ces termes bâtit notre environnement. Ne nous trompons plus d’échelle. Propageons nos idées avec courage et ténacité malgré l'aveuglement. On ne cessera de nous rejoindre, même sans le reconnaître.


-----------------------------------------------





"INUK" MEANS"HUMAN"


(whatever male or female)



WE ARE ALL INUIT !





------------------------------------------------









Mekong, Laos





LA CRISE ?

 

7 MILLIARDS DE DUPES





Qu’entend-on ? La crise, la crise, la crise. On entend cela en fait depuis 1973, soit presque 30 ans. N’y aurait-il pas duperie sur la nature de la crise ? Menace pour faire peur et réduire à l’impuissance, de manière à ne rien changer dans nos formidables injustices ? Les riches ne sont pas en crise. Des nomades ne sont pas en crise. Nous choisissons nos périls. LA VRAIE CRISE EST CELLE DE NOS CROYANCES ET DE NOS MODES DE VIE. Les sacrifices ? Voyons plutôt les gâchis, les aberrations, les passivités d’enfants gâtés dépressifs, les accumulations aberrantes de ressources. Choisissons nos modes de vie plutôt que de subir des consommations inutiles, la dictature de l’argent contre le don ou l’échange, l’isolement et l’esclavage mental.

 

Quelques-uns d’entre nous disent que nous allons être 7 milliards. Rien moins que cela ! 7 milliards d’exemplaires de l’espèce humaine. Au secours ! Nous sommes noyés par le nombre. Libres ? La question ne se pose même plus. LA DIVERSITE DIMINUE QUAND TOUT SE MULTIPLIE. Voilà une crise majeure.

 

Les agronomes pensent que ces 7 milliards peuvent être alimentés. Nous parlons aux 7 milliards. Comment allons-nous vivre ? 7 milliards d’esclaves ? Brrrrrr…

 

T’es tout ? T’es rien ? Ces 7 milliards –nous et nos langues-- sont tous issus de l’Afrique, d’où « homo sapiens » aurait essaimé voici quelques 60 000 ans. Ce n’est pas très ancien. Dans leur prétention, certains ont imaginé et imaginent remodeler la planète suivant leurs volontés et le « progrès ». Quelle vanité. Un grand hôpital pour 7 milliards de patients consommateurs passifs ?

 

Nous constatons enfin que les choses sont relatives et que la satisfaction individuelle d’un Wayana en forêt, d’une New-Yorkaise riche ou d’une Berlinoise pauvre sont des notions très complexes, mettant en jeu l’individu et son environnement. LE TEMPS DES CONSOMMATEURS-ACTEURS EST VENU, de l’abolition des barrières entre travail et loisirs, de l’orientation de sa consommation et de son utilité sociale. Le temps aussi d’une conjugaison des générations dans un vrai débat ouvert sur les notions de durée, de qualité, de choix de sa fin quand cela est possible.

 

D’où notre premier appel à un grand TRI RETRO-FUTURO. Où que nous soyons, réfléchissons à notre environnement, à ce que nous voulons garder, ce que nous voulons jeter, ce que nous voulons transformer. Ce tri se fait au niveau local et se fait savoir au niveau planétaire dans un grand débat mondial.

 

Ce tri participe également d’une réflexion globale sur le devenir matériel et spirituel de la planète. Les pollutions, l’extinction des énergies fossiles et la destruction physique et culturelle de régions entières, sont des questions de survie commune. L’obsolescence, la surconsommation, la multiplication de produits inutiles également.

 

Il est temps de clamer l’unicité de la condition terrienne quand les catastrophes se propagent d’un continent à l’autre. Il est temps aussi de comprendre l’absence de modèle unique quand l’Europe ou les Etats-Unis semblent en régression dans des crises successives avec ces empires spéculatifs (ou pas). L’injustice, la destruction de l’environnement et les dépressions généralisées condamnent ce modèle. IL EST TEMPS DE TOUT REMETTRE A PLAT. L’obligation de la preuve s’est inversée : c’est à cette civilisation industrielle de prouver son efficacité réelle, sa pertinence pour le plaisir et la sérénité des habitants. Pas l’inverse. Et l’Inde ou la Chine ne peuvent sombrer dans les mêmes erreurs niant leurs cultures

 

Il est nécessaire en fait d’encourager à des cultures et des modes de vie variés, à des croissances diversifiées. On ne veut pas vivre de façon identique à Shangaï, Paris, Bamako ou chez les Aborigènes du Nord australien. La grande leçon de l’évolution est celle-là : la perfection est illusoire et mortifère, l’arrêt de l’histoire, un mensonge criminel. Il est temps de comprendre que si chacun peut choisir son interprétation du monde philosophiquement ou religieusement, PERSONNE NE PEUT IMPOSER UNE VISION UNIQUE ET UNIFORME, quand bien même ce serait sous l’angle de l’hygiénisme, du supposé intérêt individuel commun. Il n’est d’ailleurs pas souhaitable que cette vision s’impose, car les marges, les erreurs, les anormalités, ont toujours nourri ou sauvé la pensée majoritaire. C’est donc une pensée plurielle, évolutionniste, que nous appelons. Elle accompagne et modèle un monde en transformations : plurofuturo. Cela bannit le dogme figé, exclusif, fondé sur des rites (religieux ou laïques) : monorétro. Du moins un dogme imposé à tous.

 

Une telle conception organique d’un mouvement semblable à la vie terrestre –qui en est la poésie—conduit à des attitudes de fatalisme dynamique. Fatalisme, car statistiquement la catastrophe est aussi probable que l’événement heureux. Dynamique, car la caractéristique et la noblesse des actions humaines consistent dans son mouvement, qu’il soit pour construire ou pour vivre en sociétés. Ce mouvement s’aide de l’étude critique du monde. Ecologique : il considère le devenir des humains au sein de leur environnement. Social : il songe à des boussoles éducatives utiles à chaque enfant pour savoir cet environnement et choisir ses comportements, à chaque adulte afin de s’orienter. Il est un combat constant pour la justice, non pour l’égalité mais pour l’égalité des chances et surtout la diversité. LA VIE TERRESTRE N’A PAS BESOIN DE CLONES MULTIPLIES MAIS DE LA COMPLEMENTARITE DES ESPECES ET DES EXEMPLAIRES SINGULIERS.

 

Ainsi, l’enjeu est de combiner des objectifs communs minimaux et évolutifs de survie avec de multiples déclinaisons de comportements. PAS DE PLANETE NORMALISEE ; MAIS PAS DE REALITES EMIETTEES, SANS LIEN NON PLUS. Partout, les frontières n’ont aucun sens à l’heure de nos identités imbriquées. Partout, elles pourraient d’ailleurs se subdiviser dangereusement en autant de communautarismes différents. Nous le voyons en Chine, en Inde, en Syrie, en Egypte comme en France (communautés religieuses ou régionales –Bretons, Basques, Alsaciens…). Le bon niveau est local et expérimental. Il doit s’inscrire dans des préoccupations mondiales avec des solidarités actives autour d’un pacte humain évolutif : LOCAL-GLOBAL.

 

Dans ce cadre, arrêtons la sale tendance du mépris du savoir et de la création, tendance uniquement destinée à manipuler des foules ignorantes et captives, acculturées. Il faut réévaluer l’exigence et la valeur des connaissances, de l’éducation au long de la vie, de la curiosité. Il faut cesser de détruire des savoirs traditionnels utiles pour comprendre son environnement et son histoire. Ainsi, nous avons besoin partout de connaître l’histoire locale depuis les temps les plus anciens, dans le cadre des grandes évolutions planétaires : histoire stratifiée. Cela est vrai également pour la/les musiques ou la production visuelle humaine. Le comparatisme est une dynamique essentielle de la pensée. Mathématiques, physique, chimie, économie, restent, dans ce cadre, des outils mais aussi des objets de débats.

 

En forêt tropicale, nous apprenons la flore et la faune et le climat et la géographie et la médecine avec les ressources locales. Partout, nous devenons des SPECTATEURS-ACTEURS, transmettant nos envies et nos colères, notre quotidien et nos visions du monde. C’est à un GRAND BIG-BANG PACIFIQUE de nos comportements individuels et collectifs que nous appelons. Une conscience solidaire et multiple des vivre-en-commun.

 

Continuons l’aventure humaine dans nos espaces en transformations. Restons passionnés et exigeants, liés entre nous et misanthropes, philosophes de la relativité ouverts à toutes les autres conceptions du monde --qui ne soient pas exclusives et dominatrices, prosélytes et arrêtées. Egoïstes intelligents, qui comprenons que notre épanouissement se multiplie avec celui des autres.

 

PESSIMISTES ACTIFS. L’ère des « homo diversus » arrive. Ils ne seront jamais sages. Puissent-ils échapper aux périls.

 

 

 

 

Heloisa, Mitiarjuk, Laurent

(www.see-socioecolo.com)



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CULTURES DE TOUS,

CULTURES POUR TOUS !

____________________



Une politique de la diversité et des repères

pour porter le local vers le mondial

 

La crise ? La crise ? Cela fait depuis 1973 que nous en entendons parler, soit presque 40 ans. La litanie, depuis cette date, fut celle de l’impuissance : puisque c’est la crise, ne bougeons rien, terrons-nous frileusement pour essayer de passer entre les gouttes. Et si, au contraire, il s’agissait de l’occasion d’une formidable mutation sur les deux aspects fondamentaux aujourd’hui : la justice et le développement durable ? Et s’il s’agissait du moment adéquat pour mobiliser les énergies en repensant les modes de vie ? Et si la culture –les cultures—avait un rôle essentiel à jouer dans ces métamorphoses planétaires ?

La crise : une chance ? Le grand réveil

L’argent rare est probablement l’occasion de réfléchir, d’une part à sa répartition, d’autre part au fait que les rapports humains sont basés sur beaucoup d’actes non monétaires et que cette polarisation mercantile est néfaste en ignorant des plus-values considérables d’une autre nature. Nous mesurons trop et nous mesurons mal.

La crise, l’argent raréfié, sont justement l’occasion de penser et mettre en œuvre des organisations différentes dans tous les domaines. D’abord –tous les candidats l’affirment, mais pour quels effets ?-- jouer cartes sur table en repensant une fiscalité juste. Ensuite, en définissant des priorités et des objectifs pour l’emploi de l’argent public. C’est l’occasion de conforter un Etat efficace, redevable devant tous, d’autant qu’il est le fruit des efforts collectifs.

C’est aussi le moment de repenser le tissu général des entreprises, d’organiser les consommateurs-acteurs, d’inciter à l’éthique, à la redistribution interne des bénéfices, à des réflexes de défense des productions locales. Le retour au local –un local aux prises avec le monde, en aucun cas fermé—est la base d’une redynamisation des énergies citoyennes, car chacune et chacun peut agir sur l’univers directement visible, sur ce qui l’entoure. Il est temps de penser, non pas une rétro-croissance mais des croissances diversifiées suivant les lieux (de même qu’il convient aussi de penser des agricultures diversifiées). Les processus coopératifs ou mutualistes devraient retrouver une forte actualité. C’est ce que SEE (les socio-écolos : www.see-socioecolo.com) a développé.

Citons quelques exemples d’objectifs urgents dans cette reconstruction de nos liens sociaux. D’abord, briser la dichotomie travail/loisirs comme s’il y avait un Enfer d’un côté et un Paradis de l’autre. Il est possible de revoir partout l’organisation des tâches pour supprimer les travaux uniquement pénibles physiquement ou psychologiquement. Aux syndicats de s’atteler à cette tâche prioritaire qui pèse sur la vie quotidienne de chacun. Disons-le : le travail peut être un outil d’épanouissement, d’évolution, de connaissance.

Ensuite, il existe une question générationnelle désormais, entre des jeunes dans le système éducatif, des jeunes à la recherche d’un travail, des adultes au travail, des adultes sans travail, des retraités en pleine possession de leurs moyens physiques et mentaux, des retraités en longue maladie ou en phase terminale d’une vie très longue. Il faut penser la conjugaison des générations et l’utilité sociale de chacune et chacun.

Tout cela correspond à un grand réveil collectif nécessaire, dépassant des antagonismes périmés pour inventer de nouvelles voies au vivre en commun, des voies dans lesquelles toutes et tous se sentent impliqués.

Voyons donc plus précisément comment ce réveil peut s’appliquer aux domaines culturels, curieusement très absents des programmes, avec une droite sans politique claire hormis les coupures de crédits et une gauche timorée parce que « c’est mal vu d’aller arroser d’argent les saltimbanques quand les SDF peuplent les rues et les classes moyennes tirent la langue ». Je crois que c’est surtout le fruit de mauvaises habitudes et d’une vision erronée du rôle de la culture dans nos sociétés, de ce qu’est la formidable plus-value culturelle, son rôle premier dans le lien social et sa capacité à faire image et tirer l’économie.


Sortir de la conception d’une culture-guichet, des faits du Prince et du mépris des populations

 

La culture fut un en-soi des civilisations urbaines et pyramidales nées après la sédentarisation du Néolithique. Elle accompagna le mythe du Progrès et le rêve prométhéen des humains : l’illusion de dominer la nature. Elle se développa aussi bien à travers les monuments érigés par les puissants que par les coutumes populaires (musique, parures, habitats, cérémonies, langages…). Et la circulation des individus et des objets fut le facteur d’un système d’influences généralisé qui –quelles que soient les novations—fait qu’il n’existe pas de civilisation « pure ». Aujourd’hui moins que jamais, au temps de la circulation planétaire des objets et des images.

Le danger présent est double à cet égard : soit une acculturation généralisée dans l’uniformisation d’une consommation « moyenne » passive ; soit l’émiettement communautariste (l’effet « Amish ») où chacune des communautés veut s’approcher de l’autarcie. Il existe pourtant une solution qui conjugue les deux nécessités : la localglobalisation, c’est-à-dire la réaffirmation de l’importance du local et de la singularité individuelle (notre capacité de choix éclairés grâce à l’éducation à tout âge et d’évolutions), dans un système d’échanges planétaires.

Désormais, les conceptions évolutionnistes et environnementalistes ont apporté les notions de relativité –surtout pas de société parfaite—et de mobilité –le vrai développement est celui des échanges, échanges de biens, mais échanges de connaissances et de modes de vie. Nos identités imbriquées choisissent et changent. Du coup les codes culturels, à la fois s’uniformisent avec l’internationalisation des produits industriels et explosent en une myriade de déclinaisons individuelles.

Le piège d’un ministère de la Culture, tel qu’il est organisé en France, est d’être devenu un bailleur de fonds arbitre des élégances. Or, la conception d’un ministère de la Culture-guichet pour clientélisme actif, financeur de lobbies, est choquante et paralysante pour l’action publique. Ce n’est pas au ministère de la Culture de décider ce qui est culturel ou ne l’est pas. Son rôle est d’aider toutes les émergences culturelles. D’autre part, l’argent public sert bien sûr à pérenniser des métiers et des emplois, mais il peut aussi soutenir et encourager la diversité. Voilà pourquoi la répartition entre des actions structurantes et des pôles d’excellence ayant besoin d’une aide continue et l’autre versant, celui de l’encouragement aux micro-initiatives, à l’innovation, est à repenser.

L’argent rare signifie l’argent efficace et l’équilibre des dépenses. Le pire dans ce domaine tient dans la non-visibilité et dans l’inconstance. L’argent rare –ou pas rare d’ailleurs—suppose l’efficacité et l’impartialité des choix. La question dépasse d’ailleurs simplement l’aspect financier. Certes, comme le relève justement Guillaume Cerutti dans la revue Commentaire (n°135), le budget du ministère stagne alors que les charges augmentent, provoquant la paralysie. Mais le plus grave est le manque de vision, l’absence de stratégie. J’avais défini trois objectifs jadis pour réformer (voir Le Monde du 14 janvier 2008). Faisons le point.

Faut-il supprimer le ministère de la Culture ? Cela peut s’envisager en pensant que les financements deviennent exclusivement locaux, publics ou privés, ou dans des actions structurantes européennes. Cela s’envisage d’autant plus aujourd’hui (2011) où il est devenu quasi fantoche en France, où chacun observe le marasme d’autant que l’ultra-activisme brouillon de la présidence de la République a nié compétences et expertises. Mais il s’agirait d’un dépérissement des Etats-Nations tels que le XIXe siècle nous les a légués. En poursuivant ce raisonnement, la logique voudrait alors que le dialogue s’instaure entre le local et un système fédéré planétaire. D’une part nous n’y sommes pas prêts, d’autre part ce serait faire injure aux aspects positifs de l’Etat-Nation, loin des seuls conflits barbares, des guerres civiles européennes et des crimes coloniaux. Le rassemblement national, le message républicain, nous a soudés en luttant contre la barbarie et aussi en portant à travers le monde un message émancipateur.

Pour autant, il existe trois points qui doivent cesser : la culture-guichet (nous l’avons évoqué), les faits du Prince et le mépris du peuple.

Remettre en question la culture-guichet, c’est repenser le tissu national. Il n’a de sens qu’avec des pôles d’excellence structurants répartis sur l’ensemble du territoire (généralement en partenariat avec les collectivités locales) à côté d’un soutien aux initiatives émergentes. L’Etat doit tenir ce rôle. La survie du message républicain (contre le retour aux chamailleries picrocholines de duchés concurrents) passe par un tel élan collectif de clarification. Cela suppose de dialoguer avec les organisations et les régions pour éviter les redites et les déséquilibres. Cela permet au ministère de faire un travail de conseil et d’accompagnement. Des commissions réellement indépendantes et renouvelées (tous les 2 ou 3 ans) doivent permettre d’éviter les lobbies qui sont juges et partie : par exemple, faut-il rénover tout le patrimoine au risque de la disneylandisation des territoires ? Ces commissions sont de deux natures : des commissions professionnelles spécialisées et des commissions par tirage au sort dans la population pour des bancs d’essai nécessaires aux créations émergentes.

Il faut en effet sortir des faits du Prince, au niveau national ou au niveau local. Non qu’une impulsion soit inutile mais parce que les choix des Princes doivent être éclairés pour sortir d’une offre parisienne pléthorique et de caprices provinciaux redondants. Alors, des initiatives comme le Quai Branly valorisant des collections dispersées dans un projet culturel (même discuté) ou le centre de la bande dessinée d’Angoulême jouant un rôle pilote sur un support essentiel, pourront se développer.

Le fait du Prince est lié aussi au mépris du peuple. Cela se traduit par des initiatives capricieuses et dispendieuses qui ne sont souvent pas des besoins. Cela se traduit –surtout dans l’époque actuelle—par des nominations à la tête des établissements de personnes non qualifiés dans un mépris total des professionnels. Cela se traduit par un rejet grossier des compétences et du savoir. Cela se traduit enfin par un mépris du peuple, considéré comme ignare, sans culture et sans désir de culture, autre que dans la curiosité touristique.

Contre ce dernier point, il faut associer la population –je l’ai indiqué plus haut—aux décisions concernant les bancs d’essai. Il faut également ne pas avoir peur de défendre la création locale, ouvrir à toutes les formes de cultures populaires. Bien sûr, ne pas s’enfermer dans ce critère et inviter des créateurs nationaux et internationaux car les échanges sont essentiels, mais défendre résolument aussi les créateurs locaux. A cet égard, la France est un des rares pays dont les structures publiques sont souvent totalement rétives à la création locale vue de façon extrêmement péjorative par rapport à d’autres qui viendraient d’au-delà des océans. C’est ridicule et cela doit cesser.

Comme doivent cesser ces barrières obsolètes entre le « high » et le « low », barrières à double sens. Il ne s’agit pas de tout confondre –les expressions ne sont pas de même nature-- mais de tout respecter. A cet égard, la notion de « cultures » permet de reconnaître la qualité des créateurs de bandes dessinées ou de jeux vidéo, comme celle des musiciens classiques, des spectacles comiques comme la danse contemporaine ou traditionnelle. Cela prend en compte les identités imbriquées de chacune et chacun et nos goûts hybrides (aimer le football et la photographie, le rap et la culture zen). Ce n’est pas baisser les bras sur la qualité, mais éviter les ostracismes ridicules : mépriser la musique techno en bloc ou rejeter par principe toute exposition de peinture européenne ancienne.

Enfin, l’éducation a un rôle central à jouer, comme la visibilité médiatique avec la valorisation du savoir et de la création. L’éducation se fait à tout âge et doit se faire à tout âge dans notre monde mouvant. Les repères sont indispensables pour analyser son environnement. Ils sont la condition première de choix individuels éclairés. L’ignorance favorise les manipulations mentales, la surconsommation addictive écervelée, les sectes, l’esclavagisme.

Le mépris du peuple est un présupposé d’inculture. Cela se combat de deux manières. D’abord, nous l’avons dit, en incluant la culture populaire dans les faits culturels (du fromage au lait cru au rap). Ensuite, en arrivant à mêler les faits culturels entre eux : placer un orchestre de musique dite classique ou jazz lors d’une fête aux saucissons fermiers, parler de peinture religieuse du XVIIe siècle à l’occasion de la sortie d’un film, lier la bande dessinée Tintin à son contexte historique ou Miyazaki à l’écologie... Enfin, en donnant des repères à tout âge, en ne pensant pas que l’idéal populaire est l’ignorance –ce qui est une insulte à tous les citoyens. Mais en arrêtant l’abrutissement bas de gamme destiné à faire des consommateurs névrotiques passifs, pour offrir des outils de compréhension du monde qui en feront des consommateurs-acteurs, des spectateurs-acteurs. Il faut démoder l’imbécillité et la vulgarité !

C’est une réforme sévère en tout cas du service publique télévisé qui doit s’opérer, pour insuffler de l’innovation, cesser de copier les chaînes privées dans leurs pires tendances, arrêter de ne s’adresser qu’aux publics âgés captifs, ne plus fermer ces écrans à toute la création émergente. Nous y reviendrons.

Du côté des savoirs, il devient urgent d’affirmer l’aspect indispensable d’une boussole éducative. Elle doit servir à donner des bases aux enfants, mais doit guider aussi dans le courant de la vie. Lire, écrire, compter, certes, mais aussi se situer dans le temps (notions d’histoire, « stratifiée » du local au global), dans l’espace (géographie et environnement), dans les sons (histoire mondiale des musiques), dans le visuel (histoire mondiale de la production visuelle humaine), en complément des activités du corps (gymnastique), d’initiation aux langues (et donc à l’ailleurs et aux autres) et à la diversité des goûts (cantines avec des produits locaux, des recettes locales et ouvertes sur le monde). Plus âgé, cette boussole se complète par l’histoire des philosophies et des religions –comprendre la pluralité de visions du monde-- et bien sûr d’autres spécialités.

Voilà le socle commun indispensable à l’honnête citoyen du XXIe siècle pour commencer dans la vie, choisir de façon éclairée, et apprendre, rester curieux.

C’est ainsi à une remise en mouvement d’ensemble que nous appelons. Un réveil, un big-bang. Sur quelles bases concrètes ?

Trois axes politiques majeurs se dégagent, correspondant à l’organisation future d’un ministère rénové : la défense de la diversité ; les patrimoines, le tourisme et les industries culturelles ; les médias et le développement international. Tous les trois se recoupent, mais ce sont là des objectifs centraux justifiant une politique d’Etat aujourd’hui.

Pourquoi défendre la diversité et comment le faire ? Un ministère de passerelles

Contrairement à ce qu’on a pensé longtemps, la quantité n’est pas le choix, l’abondance n’est pas la liberté d’expression. L’écologie culturelle consiste à protéger certaines formes anciennes (traditions et savoir-faire en perdition) et à donner les conditions pour le maximum de choix individuels et l’émergence de formes nouvelles –protéger la liberté qui est toujours menacée. Affirmons-le en ouverture : l’inculture et l’acculturation sont toujours des moyens d’asservir et de fragiliser les plus modestes. La défense des cultures, des expressions minoritaires, est un impératif majeur pour sortir du désespoir, de l’isolement, de la perte des repères. C’est, avec l’éducation, la base d’un projet collectif. Voilà pourquoi nous aspirons à un ministère des cultures, qui exprime bien dans son nom la recherche et la défense de la pluralité des vecteurs et des expressions. Alors que le mot « Culture » au singulier fait penser aux formes nobles et élitistes de la civilisation européenne, le mot « cultures » au pluriel est une façon d’ouvrir le champ aux expressions populaires européennes ou extra-européennes. C’est en soi un plaidoyer pour l’ouverture.

L’écologie culturelle, dans ce sens, n’est pas une frileuse façon de « geler » toutes les expressions du passé dans un conservatisme réactionnaire, un folklorisme figé, mais une manière de préserver tout en permettant des évolutions et des innovations, comme l’écologie sert notamment à sauver la biodiversité, tout en incitant à réinventer les modes de vie, à innover. C’est ce que nous avons appelé le « rétrofuturo » : un dialogue entre passé et futur pour bouger aujourd’hui sur notre planète relative.

Cela correspond à une reterritorialisation, au fait de cesser l’accumulation des grands établissements parisiens mais de penser au renforcement d’établissements structurants sur tout le territoire, là où il se passe tant de choses, tant d’initiatives originales. Cela suppose de s’intéresser à la richesse de l’hexagone et de la Corse mais aussi à la chance que nous avons d’outre-mer situés sur différents continents.

Alors, un ministère des cultures rend fier chacune et chacun localement de ses patrimoines, de ses innovations (les cultures, ce n’est pas uniquement le passé), leur fait connaître aussi, et ouvre sur le monde. Il englobe ainsi de fait le tourisme qui est une conséquence économique de la visibilité du patrimoine matériel et immatériel.

Nous nous situons dans ce qui doit faire probablement une des fiertés du continent européen (et aussi nord-américain), l’héritage des penseurs des Lumières : défense de la pluralité d’expression et des libertés individuelles. Il s’agit d’un combat toujours renouvelé dans ce qui peut être considéré comme un darwinisme philosophique, c’est-à-dire une pensée de l’évolution perpétuelle au sein d’une philosophie de la relativité (puisqu’on a à emprunter et à apprendre de toutes les civilisations, tout en inventant).

Dans ce contexte, que placer en premier point de l’activité de l’Etat en matière culturelle si ce n’est la défense de la diversité ? C’est sa tâche fondamentale, la plus noble. Mais pourquoi donc la « défendre » ? Parce que nous sommes arrivés dans l’ère du trop-plein, nous sommes submergés, de livres, de musiques, de spectacles, d’expos… Et, au lieu de favoriser l’innovation, cela favorise les « blockbusters » commerciaux et tue tout le reste comme une production fictive. Cela contribue à l’uniformisation dévalorisée, au brouillage des repères. Dans un tel contexte de surproduction, aucune création originale n’a aucune chance, ou presque, de se faire remarquer. Quel honnête citoyen, quelle libraire, quel critique peut s’y retrouver dans 600 à 700 romans de rentrée ?

Ce n’est pas de la démocratisation culturelle, c’est du matraquage industriel, du plus petit dénominateur commun, de l’acculturation par le bas.

Il importe donc d’aider des structures de valorisation intermédiaires sur la base large des faits culturels (y associant, par exemple, la gastronomie et le patrimoine immatériel). La conception générale doit être un maillage du territoire par des institutions-référence soit thématiques (théâtre, cinéma, édition, musée et expositions, musique, artisanat, danse…), soit polyvalentes. A chacune de ces structures choisies en concertation avec les élus locaux de travailler en réseau et d’offrir une visibilité à tout ce qui émerge et à toutes les expressions singulières à défendre. C’est pourquoi il faudra dans chacune avoir deux commissions renouvelées tous les 2-3 ans : une commission de professionnels et une commission de citoyennes et de citoyens tirés au sort. Ainsi des bancs d’essai divers donneront leur chance à tous les types de créateurs.

Ensuite, il faut des relais. Nous y reviendrons dans la dernière partie sur les nouveaux vecteurs, ce qui fait image. Il importe en effet aujourd’hui de structurer l’offre de l’Etat dans ce domaine, de manière à ce que l’Etat soit un passeur, qu’il aide à faire connaître les initiatives locales, qu’il les porte au national, au continental, au mondial. A l’ère d’Internet, les raisonnements doivent tenir compte de publics concentriques : locaux, nationaux, continentaux, linguistiques (la francophonie et d’autres aires linguistiques), mondiaux.

Enfin, il faut des repères, répétons-le. Aujourd’hui où tout se brouille sur le même écran (civilisations, périodes de création, types de création), jamais le discours pédagogique n’a été aussi faible dans la société. La boussole pédagogique, dont nous avons parlé, est nécessaire à tout âge. Alors que tout s’ouvre à une formidable diversité des expressions culturelles, il faut identifier et apprendre à apprécier des formes très différentes : l’opéra ou le catch. C’est pourquoi d’ailleurs les grandes barrières disciplinaires sont souvent obsolètes, que la longue durée est indispensable ainsi que des approches stratifiées du local au planétaire. Il faudra en tirer des conséquences en faisant travailler étroitement ensemble un ministère des cultures fournissant ressources et programmes avec un ministère de l’éducation qui comprenne aussi bien enseignement supérieur et recherche, jeunesse et sports, enseignement tout au long de la vie (notamment les universités populaires ou universités du 3e âge).

Dès à présent, l’apprentissage des grands repères de l’histoire mondiale de la production visuelle humaine ou ceux de l’histoire planétaire des musiques –tous deux soutenus par tant de productions pédagogiques des établissements culturels ou des associations-- doit pouvoir être enseigné dès le plus jeune âge. Il importe en effet de disposer d’un cadre de compréhension avant de recevoir des initiations. Nous marchons sur la tête lorsque nous voulons instituer des pratiques culturelles avant les connaissances culturelles. Nous ajoutons la confusion à la confusion et –osons le dire— diffusons des illusions.

Faire croire à des millions d’enfants qu’ils seront des créateurs ou à 60 millions de Françaises et de Français que leur danse ou leurs poteries sont admirables est un leurre et une source de frustrations. La pratique créative est une chose passionnante, source d’épanouissement à tout âge. Elle doit s’inscrire dans un cadre où l’on a des modèles d’excellence, où l’on comprend la difficulté de l’acte créateur (qui n’est pas juste une question d’excellence technique), où des repères permettent de situer les créations, dans le temps, l’espace, les typologies. Cela permet aussi lors des initiations aux consommations culturelles (visites d’expositions et de musées, concerts, théâtre…) de les apprécier parce qu’on sait les situer.

La perte des repères institue une fausse démocratisation car chacune et chacun peut se bercer d’illusions à l’ère des loisirs. Pour rompre avec ce système hypocrite, il faut alors –répétons-le-- développer la connaissance et instituer des systèmes intermédiaires de sélection et de valorisation, en jouant sur une pluralité de regards avec des jurys de professionnels et des jurys de citoyens tirés au sort.

Il est urgent dans ce domaine de mieux employer l’argent public sur des objectifs clairs pour des politiques durables et efficaces, loin de vains saupoudrages sans ligne directrice. Il est temps aussi de considérer le formidable atout que sont les initiatives privées, les associations, le bénévolat, facteurs de conjugaison des générations, plus-value collective.

Soutenir patrimoines, tourisme et industries culturelles : un ministère d’expertises

Sous prétexte qu’il s’agit de culture, la question économique est souvent passée sous silence. Comme si une pudeur insigne interdisait de parler d’argent. Pourtant l’Etat accorde de fortes subventions. Il doit continuer à le faire, que ce soit pour des structures non-rentables ou des structures rentables.

Si la culture –comme l’éducation—n’a pas de devoir de rentabilité économique, il n’y a aucune honte à ce qu’elle dégage des profits à côté d’activités de service public –profits qui participent à leur financement. L’argent généré n’est pas « sale », ni honteux. Il est utile. Dans l’organisation des entreprises culturelles, trois fonctions se distinguent : l’activité (ou les activités pour les structures polyvalentes) « cœur de cible » ; la direction générale culturelle ; les activités administratives, commerciales et de recherche de mécénat ou partenariat. Cette dernière catégorie doit se développer dans tous les établissements « tête de pont », « repère d’excellence », « animateur de réseau », quelle qu’en soit la nature (polyvalent, théâtre, musée, cinéma, opéra…) : commercialisation des espaces, merchandising, restauration, vente de services… A cette fin, des spécialistes doivent être engagés dans toutes ces institutions, avec des objectifs clairs.

De plus, en temps d’argent rare, il faut bien penser –répétons-le-- le maillage des territoires (France et outre-mer), à la fois pour éviter la désertification culturelle et aussi pour éviter des redondances préjudiciables et coûteuses. Cela conduira à penser le tissu d’ensemble en réseau et à faire porter les efforts prioritaires vers les régions ou à cesser de suréquiper Paris sans songer à l’Ile-de-France, fort bassin de population. La concertation locale doit présider à ce travail, en tranchant en cas de différent insoluble. Le but n’est pas de faire fermer des structures mais de favoriser les structures pilotes qui irriguent ensuite tout le tissu local, qui relaient et donnent visibilité aux initiatives.

Il importe également de repenser nos rapports au patrimoine. Désormais, heureusement, il a été élargi, notamment avec le patrimoine industriel, le patrimoine naturel, le patrimoine immatériel. Mais nous ne pouvons entrer dans une société disneylandisée où tout est restauré, reconstruit artificiellement. Ou alors où tout est figé au détriment des humains, devenus des acteurs dans des parcs. D’autant que souvent ces dépenses très lourdes sont décidées par des personnes qui sont juges et partie.

Il faut arrêter la gabegie, permettre aussi l’innovation, et mettre en place des commissions totalement indépendantes qui n’hésitent pas à laisser des ruines en ruines (comme les célébrait Hubert Robert) et interdire des restaurations quand il n’y a pas péril en la demeure pour garder des tissus ou des peintures d’origine.

Et puis, il faut encourager l’initiative associative, les mobilisations locales, à condition qu’elles soient conseillées par des spécialistes. C’est pourquoi les châteaux et domaines restés dans les familles ou acquis avec un souci de pérennisation, qui –on le sait—sont source de tant de travaux indispensables doivent être protégés dans la mesure où ils s’ouvrent à la visibilité publique.

D’autant que le patrimoine au sens large –pas seulement les bâtiments, mais les coutumes, les savoir-faire—est un étendard et une fierté pour une région. Quoi qu’on en dise, le bâtiment de Franck Gehry –même s’il était un peu « soucoupe volante » dans cette ville industrielle sinistrée-- a fait parler de Bilbao, comme Laguiole est célèbre par son savoir-faire coutelier ou Carhaix avec son festival de musique (« Les vieilles charrues »). Les cultures –au sens large—font signe. Sur une planète globalisée, ce sont ces spécificités anciennes ou à inventer qui « tirent » les images locales. Elles « tirent » aussi l’économie, les entreprises. Elles favorisent le tourisme.

La mise en valeur de ces fiertés locales défend la diversité, fait image, mais surtout a un impact économique indéniable. Voilà pourquoi il faut intégrer le tourisme à la culture, car il est une conséquence directe du patrimoine, son volet économique. L’aménagement des territoires se mène dans des concertations où tous ces aspects sont nécessairement liés. Il favorise le lien social autour de valeurs communes à préserver et à créer. Culture et entreprises peuvent ainsi se réconcilier en comprenant que les entreprises sont, dans certains cas, des marques culturelles fortes et que les cultures sont sources d’identification et de visibilité importantes pour les firmes.

Parallèlement, des industries culturelles privées existent bien sûr. Elles touchent à des domaines divers : cinéma, édition, télévision, jeux vidéos… Beaucoup sont en crise aujourd’hui. Le rôle de l’Etat n’est pas de les racheter ou de les faire vivre artificiellement. Néanmoins, il importe d’être très attentif à ce tissu précieux. Rappelons les incidences du passage de la domination française sur la production cinématographique internationale avec Pathé et Gaumont (premières compagnies planétaires avant 1914) à une suprématie des Etats-Unis (Hollywood) à la faveur de la Première Guerre mondiale. Cela fut un moteur pour toutes les industries d’outre-Atlantique et l’American Way of Life.

Deux règles doivent guider à cet égard la puissance publique : la défense de la diversité et l’aide aux investissements d’avenir. La défense de la diversité –sur laquelle nous avons insisté-- incite à soutenir des institutions déficitaires parce que l’Etat considère qu’elles correspondent à une forme de « trésor national » : préserver un club de jazz historique ou le savoir-faire d’une entreprise de porcelaine. Cela touche également les médias : journaux, magazines ou sites internet considérés comme indispensables à l’expression politique ou culturelle. Des commissions indépendantes renouvelées tous les 3 ans doivent piloter les décisions avec la possibilité pour le ministre d’intervenir en urgence.

Il en est de même pour les investissements d’avenir. Les banques ne jouent pas toujours leur rôle et il faut pouvoir soutenir ce qui se développe, non pas dans un système de financements chroniques de longue durée pouvant devenir pervers, mais sous forme d’aides ponctuelles au développement.

A l’Etat aussi de labelliser (dans des accords internationaux) les pratiques éthiques au sein des entreprises et dans leurs actions avec les fournisseurs. A l’Etat d’inciter aux bonnes pratiques environnementales. A l’Etat de faire comprendre les responsabilités insignes des fanaux culturels et économiques de chaque région, que des pratiques d’un autre temps risquent de faire disparaître à cause de la condamnation médiatique des consommateurs-acteurs. A l’Etat, de balayer devant sa porte en supprimant les tâches dégradantes (gardien de musée) pour les faire évoluer vers de la polyvalence. A l’Etat de créer des labels « Patrimoine culturel écologique », qui concernent les bâtiments, le fonctionnement, les rapports aux publics et l’éthique.

La culture n’est donc pas l’ennemie de l’économie. Elle serait même un soutien indispensable et une défense de l’économie. Elle fait signal. Elle fait marque. Elle fait image.

Faire image pour porter le local vers le mondial : un ministère de passeurs

De la même manière que beaucoup n’ont pas encore perçu véritablement les urgences écologiques obligeant à des réponses concertées et à une planète solidaire (le climat mais aussi les pollutions massives, la question énergétique…), beaucoup ne comprennent nullement que nous sommes entrés dans un basculement médiatique, un changement d’ère aux conséquences multiples. Je l’ai qualifié dans un ouvrage de « guerre mondiale médiatique » --car l’information devient l’arme la plus redoutable-- et ai analysé dans un film le passage de la « société du spectacle » --telle que définie par Guy Debord à l’ère de la télévision-- aux « sociétés des spectateurs-acteurs » en réseaux.

Alors, deux grandes questions en suspens émergent : l’actuel sous-emploi des possibilités d’Internet minimisant l’apparition de structures diversifiées de production ; la nécessité de pôles de médiation intermédiaire variées. Chaque site ou blog Internet s’adresse en théorie à la communauté des humains. Or beaucoup servent à un petit réseau d’amis. Pour ce qui relève des institutions de toute nature, Internet est encore considéré comme une vitrine marginale. C’est oublier que les publics potentiels en ligne sont beaucoup plus considérables que ceux in situ. L’investissement du virtuel reste dérisoire comme ses utilisations pratiques, éducatives, de diffusion culturelle à tout âge. Les pouvoirs publics n’ont pas encore pris conscience de cette nouvelle ubiquité nécessaire : des acticité de terrain et des activités diffusées. Cela suppose de s’adresser résolument aux nouveaux consommateurs induits : sa communauté, l’espace linguistique (la francophonie), la planète (nous traduisons très peu).

Disons-le, nous sommes seulement à l’aube des possibilités générées par ce système. Mais le grand danger en fait est l’appauvrissement des contenus, paradoxalement. Plus il y a de choses, moins on peut en regarder et plus chacune et chacun se retrouvent sur les mêmes vecteurs basiques. L’abondance n’est pas le choix et la liberté se gagne par le volontarisme. Voilà pourquoi l’initiative d’Etat reste indispensable.

Elle doit encourager à développer des vecteurs d’information variés, rendant compte d’une action associative, de la vie d’un immeuble, d’un quartier, d’une entreprise. Les institutions, elles aussi, doivent rentrer dans des phases structurées de production pour le Net. Elles deviennent toutes multimédia, avec une imbrication des métiers. Elles interviennent dans le domaine des loisirs comme dans le domaine éducatif. L’organisation des contenus en réseau par complémentarité, la défense de la diversité, la validation et l’expertise se révèlent essentielles. Les citoyens ont besoin de la part des médias intermédiaires d’enquêtes, de tri, d’apports d’éléments de connaissance. Ces médias intermédiaires sont privés et publics. Du côté de la puissance publique, elle doit relayer la production des pôles d’excellence mais aussi faire déboucher et rendre visibles les invisibles, beaucoup de ces micro-productions ignorées, fragiles, en développement. Pour ce faire, là encore, il convient de mettre en place des commissions renouvelées indépendantes.

C’est donc à un big bang des contenus qu’il faut s’atteler. Soutien du privé et pôles de référence regroupés du public.

La place du savoir et de la création dans nos sociétés est en effet indigne. Et très spécifiquement à la télévision. La visibilité télévisuelle est en effet réservée aux sportifs, acteurs, hommes politiques et journalistes. Sont-ce là les seuls modèles pour notre jeunesse et pour l’ensemble de la population ? Où sont les savants, les pédagogues, les créateurs ? Il est urgent de réformer le service public télévisé et d’entraîner les médias vers des pratiques qui ne tiennent pas seulement au « news market » (emballer les nouvelles de scandale pour les vendre) ou aux singeries provocatrices sur les mœurs et la violence, mais à une vraie variété de l’offre et au travail d’enquêtes et de clarifications par des spécialistes (souvent contradictoires).

Perpétuer le financement d’un service public télévisé en partie par l’impôt pour avoir des programmes fabriqués par des sociétés privées et copiant les télévisions privées est un vol caractérisé. Si une transformation radicale n’est pas opérée, mieux vaut entrer dans une privatisation intégrale et refonder un canal public qui relaie les programmes publics et le tissu des initiatives privées innovantes. De toute façon, un portail est nécessaire désormais pour faciliter la visibilité générale de l’offre --surtout pas pour étatiser la culture mais pour relayer, passer, regrouper, rendre visible.

Pour ce qui concerne la presse, en dehors de la dimension très spécialisée ou de pur divertissement, l’évolution va vers des groupes multimedia qui sauront apporter de la profondeur à l’information brute (que chacun peut obtenir en temps quasi immédiat). De même pour la radio. Pour la télévision en voie d’explosion –car les webtv se multiplient avec des pratiques de zapping et de consommation à la carte—, le maintien d’un service public n’a de sens que si s’opère l’inverse des années 1960 (où, grossièrement, le pouvoir gaulliste contrôlait l’information et l’obédience communiste les programmes).

Aujourd’hui, l’information doit être totalement indépendante, probablement avec des partenariats médiatiques associant tous les médias et toutes les tendances politiques, car l’indépendance se gagne grâce à la diversité des intervenants et elle seule. Du côté des programmes en revanche, il est inadmissible que l’argent de la redevance serve à singer le privé en nourrissant des producteurs privés. Il faut repenser le système, mettre en place un cahier des charges strict et directif, laisser le temps aux émissions de s’installer. Il faut inventer des formules suivant les chaînes : généraliste sur France 2 avec une dimension nationale et internationale ; vraiment tourné vers le local sur France 3 ; vraiment éducatif sur France 5 (aidant --en partenariat avec les institutions culturelles-- à mettre en place la « boussole » éducative à tout âge depuis la petite enfance, favorisant l’acquisition de repères, travaillant avec les pôles d’excellence culturels) ; culturel international sur Arte ; vraiment planétaire pour France 24 et thématisé pour les autres chaînes. De toute façon, là aussi, les multidiffusions par le Net, l’imbrication des vecteurs, joueront à plein et obligeront à des passerelles naturelles. Mais c’est un réveil du service public qui doit s’opérer, lié aux institutions culturelles et à l’éducation, relai des initiatives locales.

Tout cela participe d’une pensée innovante sur les modules de programmes qui circulent. La production locale (hexagone et outre-mer, même amateur, se démultipliant). Les institutions fournissent des programmes culturels et éducatifs, des repères, des ressources. Les chaînes de télévision, au sens traditionnel, en pleine mutation, se doublent d’une offre démultipliée sur le Net. Elles relaient une sélection des productions individuelles, locales, ou planétaires. Ainsi, France 2 agrège des modules locaux, francophones et internationaux. Ainsi, France 3 est un vrai relai d’initiatives locales et d’échanges entre ces initiatives locales. Ainsi, France 24 fait émerger les expressions francophones, parle dans des langues planétaires et aide des langues minoritaires. Ainsi, Arte s’ouvre à la notion relative de cultures planétaires pour la connaissance et le respect de la diversité des modes de vie, leur défense et celle de l’innovation.

Voilà comment peuvent se mettre en place des structures de valorisation culturelle. Elles sont désormais indispensables à la fois pour stimuler les initiatives et pour défendre la diversité par des propositions variées au public. Elles permettent à la France de tenir une place précieuse dans le monde concurrentiel de l’offre à distance.

Alors, au niveau local, les institutions doivent se concerter pour faire des offres complémentaires relayées par des DRAC partenaires des collectivités, liant la culture, le divertissement, la pédagogie. Elles feront ainsi image pour toute leur région. Au niveau national (en n’oubliant jamais les outre-mer), il importe de passer, de relayer le local vers le mondial et aussi de servir de passeur au mondial –spécifiquement aux expressions singulières, minoritaires, qui en ont besoin—pour atteindre notre local. Il est bon que cela se fasse dans un espace francophone et, parallèlement, dans des espaces de langues multiples.

Tout cela se comprend dans des actions résolues d’exportation des savoirs, des savoir-faire, des cultures. Voilà pourquoi un ministère des cultures doit pouvoir dynamiser des organisations comme l’Institut français (renommé et repensé) pour un pays –le nôtre—qui exporte très mal ses cultures, ne sait pas traduire. Rassembler, faire travailler ensemble, donner une visibilité globale. L’exportation des entreprises fonctionne avec les images de marque locales et nationales. Les cultures et les savoir-faire sont les fleurons qui permettent la diffusion des produits. Ils doivent être portés par la volonté d’excellence, l’éthique, la durabilité et la défense de la diversité qui placent la France comme un exemple de défense de ses diversités internes et de défense des diversités planétaires dans un destin commun, donc comme un chantre des libertés et du respect réciproque.

Défense des libertés et des créations, soutien des industries, des lieux et des coutumes, aide à la diffusion interne et planétaire, défense partout des diversités dans un discours clair sur une planète relative, de respect réciproque, solidaire car consciente de vivre une aventure commune. Cette grande ambition ne nécessite pas juste de l’argent et ce sont sûrement les bonnes volontés individuelles qui sont les plus précieuses Il faut des idées, de l’allant, une répartition autre des crédits et des objectifs, la volonté d’associer tout le monde au lieu de rejeter les compétences. Il est temps d’avoir les idées claires sur le futur. Les cultures sont un atout indéniable pour nos territoires. C’est un message d’espoir local et mondial.




From Jean-Michel in University (Hong Kong)


------------------------------------------------------------------



L’évidence locale-globale,

un grand écart indispensable



Nous avons tout faux. Nous nous accrochons à nos « pays » dans un nationalisme éculé. Osons le dire, cette idée de nation, issue de la Révolution des Etats-Unis et de la Révolution française a eu le mérite de faire progresser l’idée de droits humains, a lié des communautés dispersées (l’Allemagne ou l’Italie), mais a provoqué de nombreuses guerres fratricides en Europe, au Moyen-Orient, en Asie ou en Afrique.

 

Issus toutes et tous des pérégrinations d’homo sapiens sorti d’Afrique probablement vers 65 000 ans, nous sommes donc en fait toutes et tous des Africains. L’histoire nous apprend ainsi qu’il n’y pas de civilisation « pure », qu’elles subissent toujours des influences, qu’elles sont périssables, que les circulations planétaires ont existé de tous temps. Un des plus beaux exemples est ce fameux trésor de Begram en Afghanistan où furent retrouvées côte à côte des pièces de la Grèce d’Alexandre, de la civilisation de l’Indus et de Chine. Les routes dites de la soie furent des routes --par terre et par mer-- d’échanges intenses entre trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

 

Il est donc temps d’aboutir au dépérissement de l’idée de Nation, de frontières, qui sont des absurdités, pour prendre en compte les responsabilités et les engagements globaux. Toute guerre est une guerre civile et ne peut plus laisser indifférente la communauté humaine. Elle doit établir des règles de justice et de police. Cela n’enlèvera rien à nos identités imbriquées ni à nos histoires stratifiées du local au global. Cela n’empêchera pas la défense de langues et de comportements –au contraire. Nous nous sentirons toujours bretons, alsaciens, et français et européen et terrien. Et nous n’avons pas honte d’être français quand nous songeons à Rabelais, Condorcet, Flaubert, Pasteur ou Monet, Marie Curie, Marcel Carné et Simone Veil, comme nous n’avons pas honte de nous sentir bavarois, allemands et européens, terriens. Nous sommes fiers ici de traverser des paysages si différents, chantés par Péguy ou Giono, et de déguster (trop cher maintenant) des plats de terroir et des vins. Nous aimons profondément ce pays, même s’il ne nous le rend pas toujours. Mais, quand nous voyageons, nous pouvons aimer aussi passionnément le Sahara ou Brooklyn et leurs habitants.

 

Voilà pourquoi il est tellement dérisoire de s’accrocher aux barrières nationales comme à un filet protecteur. C’est un mensonge et une illusion, quand, par exemple la France a plus d’un tiers de ses salariés qui travaillent pour l’exportation, que c’est le premier pays touristique au monde, et que son territoire ne se limite pas à l’hexagone mais s’étend sur tous les continents. Tant que des règles équilibrées n’auront pas été mises en place (et respectées), il devient urgent de constituer de grands blocs continentaux protecteurs.

 

Et puis il n’est pas choquant de faire de la préférence locale. Ce n’est pas au niveau national que se jouent les choses désormais mais dans un retour indispensable au local. A chacune et à chacun de favoriser une agriculture vivrière de proximité. A chacune et à chacun de devenir des consommateurs-acteurs et de favoriser le développement des entreprises locales. La désertification est aussi une déresponsabilisation. A chacune et à chacun de pousser à des micro-commerces/administrations polyvalents dans les petites communautés. A chacune et à chacun de privilégier la forme coopérative et le mutualisme, les entreprises éthiques dans leur fonctionnement interne et dans leurs rapports avec les fournisseurs. L’innovation est à nos portes. Elle passe par un tissu de PME réactives pour des publics engagés dans l’organisation de leur vivre-en-commun. Des spectateurs-acteurs qui font et font savoir.

 

L’entraînement local-global pour l’ensemble de la planète, il est bien là. Il est dans le réveil des micro-communautés en réseaux. L’Etat doit favoriser au maximum l’expérimentation locale. De toute façon, fera-t-on jamais la même agriculture en Beauce et dans les Alpes ? Veut-on vivre à Saint-Agrève comme à Marseille ? Les Etats sont des étages utiles, sous peine de gabegie et de cacophonie, dans une structuration fédéraliste du pouvoir par niveau : niveau communal et intercommunal, niveau régional, niveau national, niveau continental, niveau planétaire. Tous les niveaux sont fondamentaux dans le bon équilibre local-mondial.

 

Et l’Etat national doit retrouver sa place d’arbitre, de porteur du local vers le mondial, de facteur de justice, de défenseur de l’environnement et d’organisateur d’une structure équilibrée sur son territoire de pôles d’excellence en réseaux. La démocratie directe doit, parallèlement, pouvoir s’insinuer régulièrement par des référendums locaux. Mais c’est au politique de prendre ses responsabilités et d’imposer aussi des décisions impopulaires. Voilà pourquoi il est temps de rénover la vie politique par des décisions de bon sens.

 

Au niveau local, le cumul des mandats est malsain. Un âge limite doit être établi (70 ans, par exemple). Les mandats locaux ne doivent pas se renouveler au-delà de deux. Toute la population locale vote aux élections locales. Aux élections nationales, chacun vote dans son pays. Dans le cas de bicamérisme (deux assemblées), il serait logique d’avoir une assemblée vraiment nationale élue à la proportionnelle et une assemblée élue pour représenter le local, les territoires. L’élection d’un Président d’Etat ou d’une entité continentale n’a de sens qu’au suffrage universel pour une durée (peut-être 7 ans) non reconductible, de manière à encourager les décisions courageuses plutôt qu’une atmosphère démagogique de campagne électorale perpétuelle.

 

De telles réformes devraient favoriser le mouvement. A chaque entité de chercher des solutions variées, d’expérimenter. Elles seront sûrement plus dynamiques pour renouveler  les engagements que des politiques de quotas pour les femmes ou les catégories socio-professionnelles. En revanche, des examens de santé devraient faire cesser le scandale du vote de vieillards grabataires (après tout, on ne vote pas avant 18 ans non plus ou en cas de condamnation pénale).

 

C’est ainsi à une libération des forces locales que nous appelons, à une prise en mains par toutes et tous de son devenir particulier et de l’organisation du vivre-en-commun. A une responsabilisation. Nous ne sommes ni des victimes, ni des consommateurs impuissants, nous sommes RESPONSABLES de ce qui nous arrive, responsables de la manière dont nous prenons ce qui nous arrive. A tout âge, de toutes les façons (j’écris plus que je n’agis), il faut ainsi s’investir dans une conjugaison des générations pour faire bouger la vie locale, élément fondamental des solidarités et du bien-vivre en commun.

 

Chacun sauvera le monde. Chacun aura toujours à sauver le monde.



------------------------------------------------------





Hello to Bernard Plossu and Mahatma Gandhi !



city gardening



____________________________________________________________


ce texte a été écrit dans l'ambiance de dépression morale française profonde
en avril 2013. Prophétique ?

France bouge !

 

Nous ne supportons plus le climat délétère qui s’est installé en France. La morosité règne en effet partout dans un esprit de dépréciation idiot et nocif. Ce pays a pourtant des atouts mais il se comporte de façon bipolaire comme un grand déprimé : des cocoricos hors de propos ou, au contraire, la morne résignation du pré-suicidé.

 

Il est temps d’ouvrir des perspectives grâce à une vision claire de la situation et du futur. L’actuel Président de la République a axé sa campagne électorale sur le changement et la jeunesse. Alors, parlons changement et donnons des perspectives à la jeunesse. Balayant la petite tambouille comptable qui occupe les écrans, parlons orientations stratégiques :

 

-         La France est à la fois un grand et un petit pays. Elle est un grand pays par son histoire et le rôle de ses intellectuels dans une conception universaliste de la condition humaine. Elle est un grand pays par sa culture, son tourisme et certains aspects de son économie, ainsi que par la pratique de sa langue au-delà de ses frontières. Elle est un petit pays par l’étendue limitée de son territoire et de ses ressources. Elle dépend de l’Europe et s’inscrit sur une planète multipolaire interdépendante. Elle n’est plus le lieu central des arts et des idées. Voilà. Mais cela empêche-t-il d’inventer ? De proposer, avec d’autres, des solutions d’évolutions planétaires ?

 

-         Le repli sur soi est de toute façon devenu impossible à l’ère d’Internet, quand la défense du local, elle, devient indispensable. Même les partisans du Front national croient-ils vraiment à la fermeture des frontières ou voient-ils leur attitude comme un baroud d’honneur pour défendre une vision du pays héritée du nationalisme version XIXe siècle ? Notre réalité est stratifiée entre le local, le régional, le continental et le terrestre. Il importe à cet égard de simplifier enfin dans l’hexagone les niveaux de décision. Surtout, avec ce nouveau contexte local-global, l’urgence réside dans la revivification de la démocratie du plus proche : consulter régulièrement les citoyens, soutenir les initiatives de terrain, laisser émerger les propositions. Cela se conçoit définitivement dans une perspective rétrofuturo, c’est-à-dire de choix entre des traditions que l’on veut perpétuer et là où la population souhaite innover. Dans ce cadre, la conception de l’économie s’ouvre, en prenant en compte tout ce qui fait le vivre-en-commun, économie de la gratuité, de l’échange, micro-marchés, coopératives et mutualisme, pratiques aidées publiques-privées, protection des productions locales…

 

-         La crise politique et morale actuelle ne saurait se résoudre ni dans un « tous pourris », ni dans des réformes de façade. Disons-le, personne n’a intérêt à l’écroulement du pouvoir socialiste malgré son inertie coupable ne donnant aucune perspective réelle hors les restrictions budgétaires. Personne, ni la droite, ni la gauche, ni donc surtout le pays. Pourtant, la coupure de l’oligarchie avec l’immense majorité de la population est grave. Les notables se perpétuent en meute, volant un véritable choix démocratique. Nous avons donc majoritairement à craindre des désordres et des solutions radicales liberticides. La démocratie se reconstruit d’abord par la moralisation, la mise au jour des patrimoines (sans chasse aux sorcières) et surtout l’arrêt des possibilités de détournements d’argent, la justice fiscale, l’impossibilité des collusions d’intérêt, la lutte contre l’opacité et des lobbies identifiés, le bannissement des cumuls délétères (ou des postes à vie). L’usage du référendum local et national doit être revivifié, non comme une forme de plébiscite mais comme moyen d’obtenir sur certains points des arbitrages réguliers du peuple. Parallèlement, il est temps de diversifier l’origine des représentants à tous niveaux et de placer la mixité sociale comme un impératif premier.

 

-         Cessons de stigmatiser d’un côté un Etat bureaucratique et inefficace, de l’autre des entreprises d’exploitation capitalistique. Réformons. L’Etat n’a de sens que s’il est efficace. Au temps d’Internet, il doit repenser son organisation et ses missions en limitant la part des administrations centrales pour valoriser celles et ceux qui oeuvrent en contact avec le public : décongestionnons et décentralisons l’Etat, clarifions le contenu de ses missions. Du côté des entreprises, la question n’est plus ni celle du profit ni celle du marché, mais celle de la répartition du profit et de l’usage du marché. Les entreprises apportent de l’innovation qu’il faut absolument encourager (notamment tout ce tissu si précieux des petites et moyennes entreprises), comme d’ailleurs l’économie sociale et solidaire. Aux citoyennes et citoyens de devenir des spectateurs-acteurs et des consommateurs-acteurs. Alors, nous verrons fleurir des entreprises éthiques par intérêt, éthiques par rapport aux fournisseurs, éthiques en fonctionnement interne et dans leurs relations avec les clients.

 

-         Il importe de clairement s’engager vers la durabilité environnementale. L’électoralisme hypocrite à court terme a assez duré. Cessons de prendre les ouvriers et les employés pour des imbéciles en leur faisant croire à la pérennité d’industries polluantes ou de produits sans avenir. Cessons aussi de penser que la croissance verte va se mettre en place ipso-facto, mais affirmons la nécessité de tout penser en terme de transition verte. Cela permettra de réconcilier le monde paysan avec des pratiques durables et de changer le rapport campagnes-villes. Cela fera comprendre aussi –quand les pollutions, les catastrophes, la malbouffe ou les dérèglements climatiques excèdent les frontières en touchant les plus pauvres—que la mise en place d’instances terrestres de préservation de la planète, comme d’ailleurs de police planétaire sur des principes moraux communs, est indispensable. Tirons-en les conséquences chez nous, sachons anticiper. L’écologie expérimentale et évolutive –loin des oukases ou d’une nouvelle religion—est la seule solution de devenir collectif qui ne soit pas destructeur. Il ne s’agit pas de muséifier la planète mais de permettre d’avoir une conception globale d’environnements variés en mutation, en en tirant les leçons locales.

 

-         Les cultures sont des visions du monde. Il faut faire accepter partout l’idée de la relativité des points de vue en cessant de propager des conceptions exclusives, sur le plan religieux, idéologique ou des modes de vie. Nous ne souhaitons ni une planète uniformisée dans la consommation addictive, ni le morcellement agressif de communautés en concurrence. Affirmer l’importance des cultures est pour nous affirmer l’importance de l’éducation qui doit donner des options de choix à l’être adulte et la tolérance nécessaire de toutes les visions du monde, à condition qu’elles ne tentent pas de s’imposer dans un espace public devant rester pluraliste. La diversité est pour nous toujours à défendre.

 

Sur ces bases, nous souhaitons que notre  pays --que nous aimons--, qui a de formidables atouts, sorte de son gouffre actuel. Nous savons toutes les initiatives qui se multiplient sur le terrain, dans une conjugaison des générations, par des personnes refusant de se résigner et continuant à agir concrètement et à inventer. La paralysie et l’autodestruction doivent donc cesser. Oui, nous voulons une France qui bouge et regarde vraiment en face notre planète commune en transformations profondes.

 

 

Faites circuler et soutenez sur ce site en écrivant : here@see-socioecolo.com




-------------------------------------------------


I am you, you are me !
Local-Global World

 

OUR NEW MULTIMEDIA WORLD :

BILLIONS OF IMAGES, BOOKS, IDEAS ARE COMPLETELY INVISIBLE



WE WANT TO BE FREE
WE WANT JUSTICE
WE STRUGGLE FOR ECOLOGY,
DIVERSITY, MOVEMENT

JOIN


THE


COOPLIBERTERRA

contact : here@see-socioecolo.com